Compagnie & Pélerins

Forum de discutions autour de 'la Guerre de 100 ans' et l'Histoire Vivante
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le nouveau forum de la Compagnie des Porte-Peste, 1382
http://porte-peste-1382.forumotion.com/

Partagez | 
 

 Philippe le Hardi

Aller en bas 
AuteurMessage
Cabaret

avatar

Age : 48
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Philippe le Hardi   Jeu 12 Fév - 13:13


Philippe le Hardi Duc de Bourgogne
1342-1404




Citation :
Les origines

Le duché de Bourgogne a été au XIVe siècle, l'un des pouvoirs les plus prestigieux d'Europe. Terre de marche ; placée depuis le XIe siècle dans la mouvance de la couronne royale française, il constitue un fragment de l'antique « Burgundia », dont la partie orientale - la Franche-Comté - dépendait de l'empire germanique. Après la mort sans postérité du dernier duc capétien de Bourgogne Philippe de Rouvres, qui descendait de Robert le Pieux, elle fut donnée en apanage, en 1364, par le roi de France Jean II à son fils cadet Philippe de Valois, qui l'histoire connaît sur le nom de Philippe le Hardi.

Citation :
Pourquoi " le Hardi" ?

A Philippe le Hardi (1342-1404) on le nomme "le Hardi" en raison de sa bravoure en 1356, pendant la bataille de Poitiers que oppose l'armée de roi de France, Jean le Bon, et celle du Prince Noir, l'héritier de trône d'Angleterre. Le roi Jean reste presque seul au milieu des Anglais. Son dernier fils, Philippe, âgé de quatorze ans, tente de détourner les coups en criant : « Père, gardez-vous à droite, gardez-vous à gauche ! ». Puis Jean le Bon se rend, il est fait captif avec son fils Philippe et dirigés sous bonne escorte vers Bordeaux. De là sont embarqués sur une nef qui les mène en Angleterre. Philippe partage la captivité de son père, le vaincu de Poitiers. Il revient en 1360, après le traité de Brétigny qui livre à l'Angleterre toute la France du sud-ouest. À son retour, Jean récompense Philippe en lui donnant le duché de Touraine puis le gouvernement du duché de Bourgogne. Proche de son frère, le roi Charles V






Citation :
Philippe le Hardi restera toujours fidèle à son frère le roi Charles V, dit le Sage, et n'oubliera jamais qu'il est avant tout prince français, et comme tel astreint au service de guerre. Il prendra part à de nombreux sièges et opérations militaires contre les Anglais, aux côtés du connétable de France, Bertrand Du Guesclin. À la mort de Charles V en 1380, son fils, le futur Charles VI n'a que six ans. Ce seront donc ses oncles qui assureront la régence (les ducs de Bourbon, d'Anjou, de Berry et de Bourgogne). Philippe le Hardi dévient donc co-régent de France avec ses frères, pendant la minorité de son neveu. Tous étaient des collectioneurs passionnés et de puissants mécènes. Le nom du duc de Berry est à jamais attaché à celui de ses "Très Riches Heures", une des merveilles de la peinture médiévale, compensant la médiocrité politique de son rôle par l'éclat de son mécènat. Philippe le Hardi, fut, sur le plan poltiique, beaucoup plus influent.

Lorsqu'il montre sur le trône, Charles VI, a douze ans. L'adolescent royal est beau, grand mais assez grêle. Il commence par écarter du pouvoir les conseillers du feu roi Charles V. Le prévôt de Paris, Hugues Aubriot, est même jeté dans cette Bastille qu'il a bâtie. Le plus subtil des oncles du roi reste incontestablement Philippe le Hardi, affable mais tenace et résolu, tête pensante du Conseil Royal. Après avoir mené leur neveu à Reims pour le faire sacrer, les oncles se voient confirmés dans leurs pouvoirs administratifs. Ils rétablissent les impôts abolis par Charles V et cette mesure entraîne de nombreuses émeutes en France. Ils marient Charles VI à Isabeau, fille du duc de Bavière et nièce du comte de Hainaut. En 1388 Charles VI décide alors de gouverner par lui-même, remercie ses oncles de leurs services et rappelle les conseillers de son père.


Le mariage de Philippe le Hardi

Citation :
Philippe épousa, en 1369, Marguerite, fille unique du comte de Flandre Louis de Maele. En attendant il réforme le Parlement, la Cour des Comptes et les Etats Généraux, qu'il tient souvent à Beaune. Ses finances sont en piètre état et il a quelque mal à boucler son budget. Quinze ans plus tard, au décès de son beau-père, Philippe le Hardi devient, du chef de sa femme, comte de Flandre. Le premier duc de Bourgogne veilla, suivant la tradition féodale, à arrondir ses possessions et, en prince purement français, il vit dans l'expansion de sa puissance dans les Pays Bass une phase de l'expansion française au détriment de l'Empire. Philippe le Hardi, sut lancer sur la scène politique et économique l'ascension de son duché, dès lors devenu fort riche.






Citation :
Mort de Philippe le Hardi

Le 27 avril 1404, le premier duc de Bourgogne succombe à une fièvre violente dans son château de Hall, en Hainaut. Il a alors soixante-trois ans. Il sera inhumé à Champmol ; dont l'intérêt et l'appui qu'il a porté à la Chartreuse ne seront jamais démentis et a gardé jusqu'à sa mort : on est ému de retrouver dans les comptes de la Cour, à la date de son décès à Hal, en 1404, le rappel des « huit écus baillés à un chartreux d'une église des environs, pour son vêtement neuf, dont feu Monseigneur a été revêtu avant que d'être mis en bière ». Le coeur de Philippe, lui, fut transféré au mausolée de Saint-Denis, à côté de ses ancêtres, pour bien marquer qu'il n'avait jamais cessé d'être un prince français. Il avait solidement implanté sa maison et crée les possibilités de son expansion ultérieure. Son fils et successeur Jean sans Peur continua cette politique avec persévérance, habilité et prudence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Philippe le Hardi   Jeu 12 Fév - 13:40

Alors que les premiers ducs de Bourgogne, les ducs Capétiens, sont inhumés à Cîteaux, Philippe le Hardi, fils du roi de France et descendant de la branche aînée de Hugues Capet, décide de fonder pour lui-même et sa dynastie une nécropole digne de sa famille. Ce lieu de prières symbolisera la grandeur de la maison ducale. Il tient donc à posséder aux portes de sa capitale une chapelle funéraire dont il confie la garde à des moines de l'ordre de la Chartreuse. Cette chapelle devient en quelque sorte "le Saint-Denis de la Bourgogne". Son choix se porte sur la propriété de Champmol, au lieu-dit "en Champmol", situé hors des murs de la ville, à l'ouest, à proximité de l'Ouche. Les premiers travaux commencent dès le mois de septembre 1377.


Dès 1381, Jean de Marville, imagier du duc, qui avait travaillé à Rouen sous la direction de Jean de Liège au tombeau du coeur de Charles V, est chargé de l'exécution du tombeau de Philippe le Hardi.
C'est lui qui en conçoit l'ordonnance :
- entre le soubassement et la dalle, en marbre noir de Dinant, destinée à recevoir la statue gisante du duc, ainsi que les anges porteurs de son bacinet et le lion à ses pieds,
- les quatre faces du mausolée sont entourées d'architecture d'albâtre (composées de travées rectangulaires alternant avec des logettes triangulaires, voûtées d'ogives et surmontées de dais et de consoles destinées à recevoir des angelots aux ailes de cuivre).



La suite ici a cette adresse : http://dijoon.free.fr/text-hardi.htm
Revenir en haut Aller en bas
Enguerand de montmein

avatar

Localisation : Oullins
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Philippe le Hardi   Ven 13 Fév - 0:31

J'AIME BIEN NANCY ET VOUS.
Revenir en haut Aller en bas
Cabaret

avatar

Age : 48
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Philippe le Hardi   Ven 13 Fév - 0:37

Salaupio !!!! .... tu doit avoir de la famille avec ces garçon vacher d'helvetie ?
Revenir en haut Aller en bas
Cabaret

avatar

Age : 48
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Philippe le Hardi   Ven 13 Fév - 0:38

ou ces cochons de Lorrain ....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe le Hardi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe le Hardi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tombeau de Philippe Pot, Grand Sénéchal de Bourgogne.
» 26 mai : Saint Philippe Néri
» DENFERT-ROCHEREAU Pierre-Philippe - lieutenant-colonel
» EXCELLENT TÉMOIGNAGE-VIDEO DE PHILIPPE POZZO DI BORGO
» 26 mai : Saint Philippe Néri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Compagnie & Pélerins :: Compagnie & Pélerins - Publique :: Les Grandes Histoires-
Sauter vers: